Site de la mairie de Meylan - Retour à la page d'accueil

[ L'ancienne poste ]

Crédit photo - AMM - Don de M. Veraeghe

La Poste du Haut-Meylan

Au 54 avenue de Chartreuse se dresse l’ancienne poste de la ville. Ce service, opérationnel en 1883, avait été souhaité par la municipalité d’Hippolyte Navizet. Ce maire déplorait alors une distribution du courrier longue et pénible jusqu’à Grenoble, due notamment à la configuration de Meylan en hameaux isolés et distants les uns des autres.

Au début du XIXe siècle, les communications postales étaient en effet limitées, surtout dans les campagnes, par la lenteur et l’imperfection des transports. Seules les grandes villes étaient relativement bien desservies. Dans le département, le service était très défectueux. Mais la loi du 3 juin 1829 permet de mettre en place les choses de manière plus rationnelle : "L’administration postale prendra à sa charge un service postal qui recueillera et distribuera le courrier au moins un jour sur deux dans toutes les communes de France." Les facteurs sont alors recrutés parmi les anciens militaires. Ils doivent savoir lire, écrire, et être bons marcheurs pour parcourir 20 à 30 km par jour, par tous les temps pour distribuer le courrier dans les communes rurales dépourvues de bureaux de poste. À Meylan, le facteur effectuait deux tournées par jour, dimanche et semaine, "une lettre ne devant souffrir aucun retard". Le premier jour de repos fut instauré le 14 juillet 1893.

Pour installer un bureau, le ministère des Postes et Télégraphes donna son accord en octobre 1882, en précisant que la commune devrait prendre en charge le logement du titulaire du bureau pendant 18 ans. Cette condition ne fut pas remplie à cause des dépenses importantes déjà engagées pour la construction des fontaines publiques dans le budget de 1883. Une première proposition, dès août 1884, d’installer un bureau télégraphique fut différée à cause de son coût. Le projet sera finalement voté au début de l’année suivante. Le gros œuvre, en moellons, supporte un toit à longs pans de tuiles en écaille et doté d’une croupe. Les murs du bâtiment étaient à l’origine recouverts d’un enduit. Le rez-de-chaussée et l’étage sont percés de hautes fenêtres rectangulaires. L’entrée est décentrée au niveau de la treille et adossée au sud-est du bâtiment.

Le facteur receveur y assurait la permanence quand il avait fini la distribution du courrier. Ce n’est qu’en juillet 1902 que le guichet fut fermé le dimanche et les jours fériés à midi.

L’actuelle annexe de la Poste a pris la configuration qu’on lui connaît aujourd’hui, en décembre 1981.