Site de la mairie de Meylan - Retour à la page d'accueil

La législation

La décision de baptiser une rue ou de la renommer doit obligatoirement faire l’objet d’une délibération du Conseil municipal, en vertu de l’article L2121-29 du Code général des collectivités territoriales.

Elle doit être motivée, comme toute décision, par la poursuite de l’intérêt local, et respecter le principe de neutralité.

Mise à jour du :
24 novembre 2014

 
Vue du chemin de la Carronnerie dans sa partie sud.
[ Un nouveau nom pour le Chemin de la Carronnerie ]

« Chemin de la Tuilerie »

Novembre 2015

La partie inférieure du chemin de la Carronnerie, située au sud de la RD 1090, à la frontière des communes de Meylan et La Tronche a été renommée.

La concertation entrepris par la Ville à ce sujet a permis d'aboutir à une nouvelle dénomination : la partie sud de la voie sera rebaptisée chemin de la tuilerie, en référence à la tuilerie autrefois présente sur le site.

Lancement d'une réflexion pour un nouveau nom dans sa partie sud

Mai 2014

Le bas du chemin de la Carronnerie pourrait changer de nom dans un proche avenir. Dans cette optique, la Ville a demandé à l’association Site et patrimoine meylanais de faire des propositions.

Des camions à destination d’Athanor empruntent régulièrement la partie nord du chemin de la Carronnerie. « Les riverains s’en plaignent ; ils ont demandé que sa partie sud soit rebaptisée, afin d’éviter les erreurs de GPS, qui génèrent des encombrements et des risques d’accidents », explique Jean-Noël Legrand, chef du service Patrimoine non bâti. Une revendication jugée légitime, qui a conduit la Ville à solliciter l’association Site et patrimoine meylanais. « Ses adhérents sont attachés à la sauvegarde de l’identité meylanaise. Ce sont des partenaires tout indiqués. Cette consultation nous paraît d’autant plus intéressante que la portée de la dénomination d’une rue revêt forcément un caractère symbolique », explique le maire, Marie-Christine Tardy.

Après avoir épuisé les archives et la bibliographie, deux adhérentes de l’association, Monique Pic et Nicole Labouré, se sont rendues sur place, pour s’imprégner de la configuration des lieux. « Autrefois, le tronçon inférieur du chemin s’inscrivait naturellement dans le prolongement de sa partie haute, et menait à la digue de l’Isère. Le carrefour de la Carronnerie, et plus récemment, les travaux du Symbhi ont considérablement changé la donne.

Aujourd’hui, la partie basse du chemin de la Carronnerie s’inscrit davantage dans la continuité du chemin de l’Ile d’Amour, dont elle pourrait adopter le nom, estime Monique Pic, qui insiste sur la fonctionnalité d’un tel choix. L’Ile d’Amour est un lieu connu du public, ce qui peut faciliter la mutation. » Autres propositions de l’association en écho à l’histoire locale, « chemin de la molière » ou terrain humide en patois dauphinois, « chemin de la digue » et « chemin des castors ». La balle est maintenant entre les mains des élus qui prendront la décision en accord avec la commune de La Tronche. Charge à eux de retenir un nom ou d’élargir la concertation.

Un peu d'histoire

Le chemin de la Carronnerie sépare le territoire de Meylan de celui de La Tronche, entre l’avenue du Grésivaudan et le chemin de l’Ile d’Amour. Il doit son nom à la carronnerie ou tuilerie, qui existait autrefois dans le quartier. La suite, vous la découvrirez dans Rues et chemins racontent… Meylan, un livre illustré, de 80 pages, édité par l’association Site et patrimoine meylanais. 20 €.
siteetpatrimoinemeylanais@gmail.com

www.siteetpatrimoinemeylanais.fr

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Chemin de la Carronnerie