Site de la mairie de Meylan - Retour à la page d'accueil

A Meylan

l'accueil collectif

7 structures
105 agents communaux
207 places
469 enfants accueillis
(en 2013)

6900 euros
C’est le montant annuel que prend la commune à sa charge, pour une place en établissement d’accueil de jeunes enfants.

le coût pour l'usager

En 2013, le budget annuel des établissements d’accueil des jeunes enfants s’est élevé à 3,2 millions d’euros. 20 % de la somme, soit 604 000 euros, a été réglée par les usagers. De son côté, la CAF a participé à hauteur de 35 %, soit 1,1 million d’euros. La Ville a financé le solde, soit 45 % du budget ou 1,4 million d’euros.

En 2013, sur une heure moyenne facturée 9,81 HT, la participation des familles variait de 0,36 à 2,83 en fonction du quotient familial et de la composition de la famille (barème Caisse nationale des allocations familiales).

Mise à jour du :
27 avril 2015

 
[ La petite enfance à Meylan ]

Ils ne sont pas "que" des bébés

Avril 2015

Meylan s’est dotée de sept établissements d’accueil, d’une capacité globale de 207 places. Le dispositif permet aux enfants de se développer harmonieusement, et aux parents de concilier vie familiale et vie professionnelle.

Crèches, multi-accueil… L’offre d’établissements Petite enfance est abondante et variée. Plus que de simples lieux de garde, ce sont des espaces d’éveil, d’éducation et de socialisation. De leur côté, 76 assistantes maternelles libérales agréées proposent 193 places. « L’âge de la petite enfance correspond à une période sensible d’acquisition. Les enfants de moins de 4 ans possèdent une vraie capacité d’apprentissage. D’où l’intérêt de veiller à la qualité éducative, avant même leur entrée en maternelle. C’est un enjeu primordial de notre mission », explique Hélène Marot, chef du service Petite enfance. Entre jeux et moments « d’inactivité », destinés à développer les sens, la créativité, mais aussi à faire des expériences et à se socialiser pour construire son estime de soi, le projet éducatif fait l’objet de toutes les attentions.

De leur côté, les parents trouvent dans ces établissements un véritable accompagnement à la parentalité. Contrats à temps plein ou à temps partiel, amplitude journalière variable… Le service a fait évoluer son offre, afin de mieux satisfaire les familles. « Entre autres avantages, le temps partiel nous permet d’accueillir plus d’enfants », précise Anne-Laure Husson, conseillère municipale déléguée à la Petite enfance. « La liste d’attente est comprise entre 0 et 25 familles, suivant les périodes de l’année. Même si pour ces familles la situation est difficile, ce chiffre est relativement bas, puisque la Caisse d’allocations familiales ne parle de liste d’attente que lorsque les demandes atteignent 10 % du nombre des places, soit 20 pour Meylan », précise Hélène Marot.

Trois services gratuits pour les usagers complètent ce dispositif. Le Point infos familles, lieu d’information et d’orientation, le Relais assistantes maternelles, qui apporte aux assistantes maternelles libérales et aux parents une aide administrative, logistique et éducative, et la Parent’aise. Cette structure accueille les familles, afin de conforter la relation parents-enfants et de valoriser le rôle et les compétences des parents.

Questions réponses à Anne-Laure Husson

conseillère municipale déléguée à la Petite enfance

La Petite enfance est une compétence communale facultative. Pouvez-vous la pérenniser dans le contexte financier actuel ?

Bien sûr, c’est une priorité politique que nous assumons. Nos établissements d’accueil sont des espaces éducatifs où les enfants construisent leurs fondations. Ce sont aussi des lieux de prévention. À tous ces égards, ils s’inscrivent dans notre projet de réussite éducative. Nous allons maintenir ce service, indispensable pour les familles ; sans remettre en cause sa qualité, qui tient en grande partie au professionnalisme et à l’investissement du personnel de ses équipes. En revanche, la situation financière nous impose de rationaliser sa gestion. La restructuration du service va permettre d’augmenter la capacité d’accueil de 10 %, à qualité constante, sans augmentation de personnel, grâce à une évolution des pratiques et à des réorganisations.

Comment les places sont-elles attribuées ?

Sur des critères précis : date d’entrée, temps de garde, âge de l’enfant, situation sociale de la famille. En revanche, les Meylanais doivent comprendre que nous ne sommes pas en mesure de leur offrir systématiquement une place dans l’établissement le plus proche de leur domicile. Enfin, une attention toute particulière est accordée aux demandes des familles qui s’inscrivent dans un parcours d’insertion sociale.

Des explications sur la fermeture des « Calinous », programmée pour 2019 ?

Le service Petite enfance adapte ses établissements aux évolutions de la société. Aujourd’hui, les familles se tournent prioritairement vers l’accueil collectif. Pour autant, il n’a jamais été question de fermer brutalement la crèche familiale, afin de ne pas mettre en difficulté les salariées et les familles. Nous avons donc pris la décision de ne pas renouveler les contrats du personnel lorsqu’ils arriveront à échéances. Le dernier d’entre eux expirera en 2019.

Le point de vue de Josiane Licitri

responsable du multi-accueil des Aiguinards

Nous accueillons les enfants de 3 mois à 3 ans (6 ans sous certaines conditions). Au-delà, nous assurons le suivi de leur bon développement psychomoteur, dans le respect de leur rythme personnel, et nous veillons sur leur éveil affectif et social. Nous favorisons leur autonomie et leur socialisation en leur offrant un cadre de vie collectif riche en échanges et en expériences. Dans un souci d’ouverture, nous menons d’ailleurs des projets communs avec les bibliothèques, le Cine, le Conservatoire de musique, les écoles maternelles et les résidents de Pré-Blanc.

Les familles ont, elles aussi, leur place dans nos établissements. J’attache beaucoup d’importance au premier accueil, parfois déterminant pour la suite de la relation. Mais nous souhaitons aussi répondre au mieux aux besoins des parents, besoins qui évoluent tout au long de l’année.

La mission d’un responsable de crèche ne s’arrête pas là. Il lui appartient de définir son projet d’établissement, en concertation avec son équipe, qui participe à sa mise en oeuvre. Il doit également assumer un volet administratif et financier et manager son personnel. En l’occurrence huit auxiliaires de puériculture et éducatrices de jeunes enfants et deux agents d’entretien.

Pour mener à bien nos missions, nous pouvons nous appuyer sur le chef du service Petite enfance. Nous assistons également aux réunions de coordination des directrices de crèche. Autant d’occasions d’analyser nos pratiques et de partager nos expériences.

Accueil des jeunes enfants, mode d'emploi

Les parents doivent au préalable se pré-inscrire sur www.meylan.fr, rubrique e-services ou s’adresser au Point info familles, qui leur présentera les différents modes de garde et les aidera à définir leurs besoins. À cette occasion, leur dossier est constitué et la demande est inscrite sur une liste d’attente. Une commission d’attribution, réunissant l’élue déléguée à la Petite enfance, les responsables du service Petite enfance et du Point info familles et les directrices d’établissement, se réunit une à deux fois par mois, lorsque des places se libèrent.

Contact : 04 76 90 51 61