Menu Recherche Contenu
menu

Traitement des déchets : du neuf dans la Métropole

Traitement des déchets : du neuf dans la Métropole
5 décembre 2019
Grenoble Alpes-Métropole reconstruit ses outils de tri, de valorisation et d’incinération.

Moins 50 % de déchets ménagers, plus de 2/3 de déchets recyclés... Tel est le pari ambitieux qu'a inscrit Grenoble Alpes-Métropole dans son Schéma directeur Déchets
2020/2030. Ce scénario suppose l'évolution de la gestion des déchets, et notamment la reconstruction des outils de traitement, qui se révèlent à la fois vieillissants et saturés.

L'usine d'incinération et de valorisation énergétique Athanor, mise en service en 1972, et le centre de tri, construit en 1993, vont être redimensionnés. « Ces équipements, qui sont en fin de vie, vont être remplacés par des outils plus modernes, adaptés aux évolutions futures des volumes de déchets », explique-t-on du côté de la Métro.

Les travaux se dérouleront en deux temps. Un nouveau centre de tri, conçu pour atteindre une capacité de 51 000 tonnes contre 31 000 tonnes à l'heure actuelle, sera mis en route en 2023. Deux ans plus tard, Grenoble Alpes Métropole devrait inaugurer une nouvelle unité d'incinération et de valorisation énergétique d'une capacité de 155 000 tonnes, soit 30 000 tonnes de moins qu'aujourd'hui. La continuité de service sera assurée durant toute la durée des travaux.

Par ailleurs, dès 2022, la Métropole mettra en service une usine de méthanisation à Murianette, sur le site de son unité de compostage, afin de produire du biogaz à partir de la fermentation des déchets alimentaires. Objectif de production : 11 gigawatt-heure/an, soit l'équivalent de 1 million de litres de gazoil. Le résidu des déchets alimentaires méthanisés sera ensuite composté.

Pour financer ces investissements, de l'ordre de 187 millions d'euros HT, la Métropole grenobloise et six collectivités du Sud-Isère - le Grésivaudan, le Pays Voironnais, Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté, la Communauté de communes de l'Oisans, la Communauté de communes du Trièves et la Communauté de communes de la Matheysine - ont choisi, dès 2018, de se regrouper et de mutualiser les outils.

Une concertation préalable a été organisée, à laquelle plus de 500 personnes ont contribué. Retrouvez le bilan de la concertation sur participation.lametro.fr