Menu Recherche Contenu
menu

Décès de monsieur François Gillet, ancien maire de Meylan

Décès de monsieur François Gillet, ancien maire de Meylan
27 mars 2021
La réaction du maire, Philippe Cardin.

"Je viens d’apprendre avec une profonde tristesse le décès des suites d’une longue maladie de François Gillet, maire de Meylan de 1971 à 1983.

François Gillet, en plus d’un grand homme, un grand citoyen et un grand scientifique, a été un grand maire au service de notre commune. Il a su créer l’ADN de Meylan - ville nature pour vivre et travailler dans un environnement innovant et agréable.

On lui doit notamment la création de la technopôle devenue inovallée (plus de dix mille emplois aujourd’hui), les quartiers de mixité sociale des Buclos et des Béalières, les piscines, l’Hôtel de Ville actuel, les équipements socioculturels aux Aiguinards comme la scène nationale Hexagone, ou encore l’aménagement du parc de l’Ile d’Amour, l’acquisition du Clos des Capucins et de Rochasson, la création du Centre d’Initiation à la Nature et à l’Environnement. C’était un élu visionnaire qui a réussi à développer la ville et les équipements de Meylan tout en préservant la qualité de son environnement, source de notre attractivité encore aujourd’hui. C’était un élu profondément attaché à la démocratie : il avait fondé le GIAM (Groupe d’information et d’action municipale) et grandement contribué à l’instauration d’une culture de la concertation avec les habitantes et habitants, avec la création par exemple de l’Atelier public d’urbanisme chargé de faire des propositions sur l’aménagement du nouveau quartier des Béalières.

C’était surtout un ami, avec qui je partageais des discussions passionnées sur le logement, la démocratie participative, la métropole, la montagne… C’était un scientifique, glaciologue au CNRS qui a fait une carrière remarquable ; fondant notamment le Pôle Alpin des Risques Naturels en 1989, structure d’interface de référence entre la recherche et les collectivités territoriales pour la gestion des risques, toujours très actif aujourd’hui. Fidèle à ses valeurs humaines et sociales, il était fortement investi dans le cadre de la fondation Abbé Pierre avec l’association "Un toit pour tous" pour faciliter l'accès au logement par les plus démunis.

Je lui suis tout particulièrement reconnaissant pour son soutien dans la dernière campagne municipale et ses encouragements depuis notre installation à la mairie de Meylan. Notre équipe se place pleinement dans sa lignée. Nous nous sentons orphelins.

Je m’associe, avec le Conseil municipal et les agents municipaux, à la douleur de son épouse Colette et de toute sa famille.

Les drapeaux seront mis en berne sur l’Hôtel de ville. Les Meylanaises et Meylanais trouveront un cahier de condoléances mis à leur disposition à partir de lundi à l’Hôtel de ville."

Philippe CARDIN
Maire de Meylan

Un homme et un élu de coeur et d'action : Ingénieur de formation, mais également passionné de montagne, François Gillet emménage à Meylan en 1965, au moment où le CNRS lui offre la possibilité de venir travailler au laboratoire de glaciologie de Grenoble. Il saisit cette opportunité qui lui permet d’associer un travail scientifique et une activité liée à la montagne. S’intéressant à la vie meylanaise, il va s'investir dans l’association des parents d’élèves et en devenir président en 1968. Avec quelques personnes et notamment des responsables d’associations, il fonde en 1969 le GIAM (Groupe d’information et d’action municipale) qui présente une liste de candidats aux élections municipales de 1971. Il devient alors maire de Meylan et est réélu en 1977. En 1983, la liste qu’il conduit est battue, mais il reste conseiller municipal jusqu’en 1989, avant de reprendre une activité liée à la recherche scientifique.

Ses deux mandats de maire ont été marqués par une forte croissance démographique de Meylan. La ville s’agrandit et se déplace dans la plaine avec la création des ZAC des Buclos et des Béalières, puis de Buclos-Grand-Pré. Des équipements sont construits à travers la ville pour répondre aux besoins de cette population nouvelle. Ainsi vont se développer écoles, structures d’accueil pour les enfants et les personnes âgées, pôles commerciaux, bibliothèques et équipements sportifs. En 1973, la commune acquiert le château de Rochasson pour en faire un centre aéré, puis en 1976 le Clos des Capucins. A Mi-Plaine, la municipalité lance un « concours d’idées » auprès des habitants du quartier, pour réfléchir aux équipements nécessaires. C'est la naissance d'une culture de la concertation des habitants. En 1977, la municipalité donne son accord à l’État pour la construction d’une passerelle sur l’Isère entre Meylan et le campus universitaire pour les piétons et cycles. Sa réalisation est une première mondiale. Dans le même temps, la croissance de la Zirst se poursuit. En 1983, à la fin du mandat de François Gillet, la commune approuve le POS (Plan d’occupation des sols).