Menu Recherche Contenu
menu

Transition énergétique : Meylan agit !

Transition énergétique : Meylan agit !
12 juillet 2021
Charte d’engagement lumière, implantation de centrales solaires photovoltaïques, la Ville, qui a fait de la transition énergétique une de ses priorités, engage des actions concrètes et durables.

Le 6 juillet dernier, le maire, Philippe Cardin, signait la Charte d’engagement lumière de Grenoble-Alpes Métropole, en présence du président, Christophe Ferrari, du vice-Président chargé de l’air, de l’énergie et du climat, Pierre Verri, et des maires des 22 autres communes venus témoigner de leur engagement pour réduire la pollution lumineuse et la consommation énergétique liée à l’éclairage public.

La Métropole a en effet pour ambition, dans le cadre de son Schéma directeur d’aménagement lumière, de réduire de 60 % la consommation énergétique liée à l’éclairage public à horizon 2035, de doubler le parc de points lumineux concernés par l’extinction nocturne, soit 25 %, de généraliser la réduction de l’intensité lumineuse en milieu de nuit et par là-même, de protéger la biodiversité.

Les 23 premières communes signataires représentent 44 000 points lumineux sur les 67 000 à l’échelle métropolitaine, dont la rénovation générera une économie de 15 à 21 millions d’euros sur les quinze prochaines années.

A Meylan, cette signature fait suite à la prise de plusieurs engagements et à l’élaboration d’un Plan pluriannuel d’investissement pour la modernisation du patrimoine d'éclairage public, adopté par le conseil municipal le 29 juin dernier. La volonté de l’équipe municipale traduite par cette délibération est double : diminuer les émissions de gaz à effet de serre et diminuer la pollution lumineuse.

Ces engagements sont au nombre de 4 :

-Respecter les principes directeurs et les préconisations techniques du Schéma Directeur d’Aménagement,

-Adopter une feuille de route de modernisation de son patrimoine d’éclairage public en y associant une programmation pluriannuelle d’investissement en trois étapes : 2025, 2030 et 2035,

-Sensibiliser et mobiliser les acteurs du territoire,

-Participer à la gouvernance du SDAL.

Le Plan pluriannuel d’investissement pour la modernisation du patrimoine d'éclairage public, concrétisation du deuxième engagement, précise les objectifs et actions de la Ville.

Ainsi, d’ici 2035, 3 241 points lumineux seront passés en LED, soit 235 par an. Cet engagement est d’autant plus volontariste que la commune ne dispose, à ce stade, que de 6 % de points lumineux en LED.

Parallèlement, la Ville travaillera à la programmation d’extinction de points lumineux. Dans un premier temps, plusieurs lieux seront étudiés, comme le chemin de Rochasson au niveau du CINE, les parcs des Etangs et du Bruchet. Des temps d’information seront organisés à chaque fois que ce sera envisagé. Il est à noter que les lampadaires éclairant des zones concernées par la vidéo-surveillance ne seront pas éteints.

Dans un objectif de sobriété énergétique, la Ville travaillera à la diminution des points lumineux dès que cela sera possible techniquement et fonctionnellement dans le cadre des travaux de voirie et réseaux.

Un plan d’action ambitieux qui se traduit dans la charte d’engagement Lumière par la réalisation de réductions de consommation conséquentes :

- 20 % de baisse de la consommation d’énergie annuelle en 2025 ;

- 45 % en 2030 ;

- 73 % en 2035.

Il est à noter que la Ville dépense chaque année près de 180 000 euros pour son éclairage public. L’investissement réalisé est ainsi doublement vertueux : pour l’environnement mais aussi pour les finances communales.

Le conseil municipal du 29 juin a également autorisé le maire à signer une convention d'occupation temporaire, à des fins d'installation et d'exploitation d'une centrale solaire photovoltaïque sur la toiture de la Maison de la musique, avec la société Energ'Y Citoyennes pour la production d'énergie électrique renouvelable.

Avec ce projet, la Ville s’engage dans la production d’énergie renouvelable à l’échelle de son territoire. Elle souhaite en effet développer l’implantation de centrales solaires photovoltaïques sur les toitures de son patrimoine communal, notamment en les mettant à disposition d’un tiers pour massifier la production. La finalité attendue est une production de 1 Gigawatt-heure par an, afin de couvrir l‘équivalent de plus d'un quart des besoins annuels de la collectivité. Un objectif ambitieux qui marque clairement la volonté de l’équipe municipale d’accélérer la transition écologique à Meylan.

Energ’Y Citoyennes, basée sur le territoire de Grenoble-Alpes Métropole, et constituée de 254 associés (partenaires et fondateurs, citoyens, collectivités, hébergeurs, personnes morales), a été retenue suite à une mise en concurrence. Une installation solaire photovoltaïque de 140 m² sera installée sur l'école élémentaire du Haut-Meylan et produira annuellement l'énergie équivalente à la consommation de 12 classes ou 25 foyers. Les travaux démarreront dès cet été.

« La transition énergétique implique le passage de notre mode de consommation et de production d'énergie, exploitant des ressources majoritairement non renouvelables, à un modèle énergétique durable, afin de faire face aux enjeux écologiques. Il s’agit d’un axe fort de notre politique, qui s’est déjà traduit par l’achat d’une électricité 100 % verte par certificat de garantie d’origine auprès de notre fournisseur d’électricité, l'élaboration d'un Schéma directeur immobilier et énergétique du patrimoine bâti ou encore par notre démarche CIT’ERGIE, outil de gouvernance, de structuration et d’évaluation pour pouvoir agir efficacement. Nous sommes déterminés à agir de front sur les 3 axes que nous nous sommes fixés : réduire notre consommation énergétique, augmenter la production d’énergie renouvelable et augmenter la part d’énergie renouvelable dans notre consommation. Au-delà de la mise en œuvre de ces projets et actions qui correspondent à nos valeurs et aux engagements pour lesquels nous avons été élus, nous souhaitons être exemplaires vis-à-vis des Meylanaises et des Meylanais. Car cette transition devra être également sociale et comportementale si l’on veut réussir la transformation de notre système énergétique », explique Jean-Baptiste Caillet, conseiller municipal délégué aux transitions énergétiques et au chauffage urbain.